Gottfried Wilhelm Leibniz : tricentenaire de la mort du mathématicien et philosophe (1646-1716)

Le tricentenaire de la mort de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) et l’organisation d’un colloque international le 25 et 26 novembre (SPH) sont l’occasion pour la BU Lettres et Sciences Humaines de vous proposer une petite incursion dans ses fonds de philosophie, anciens et récents (2ème étage, espace central).

dsc_0005-2

« Philosophe baroque, à la fois très connu et méconnu » selon l’expression de Martine de Gaudemar, Leibniz n’en reste pas moins un savant prenant place au cœur des controverses philosophiques et scientifiques de son temps. Son œuvre, transdisciplinaire avant l’heure, est un exemple de ce que les humanités peuvent apporter à la culture : une réflexion, des outils, une compréhension du monde.

Création à partir : The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Print Collection, The New York Public Library. "Gottfried Wilhelm, Freiherr von Leibniz, 1646-1716." The New York Public Library Digital Collections. http://digitalcollections.nypl.org/items/510d47e2-cc68-a3d9-e040-e00a18064a99

Création à partir : The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs: Print Collection, The New York Public Library. « Gottfried Wilhelm, Freiherr von Leibniz, 1646-1716. » The New York Public Library Digital Collections. http://digitalcollections.nypl.org/items/510d47e2-cc68-a3d9-e040-e00a18064a99

Pour introduire les lecteurs à sa pensée, l’exposition présente différentes éditions de ses textes, éditions plus ou moins récentes, reflets de l’intérêt sans cesse renouvelé que ses écrits ont su susciter.

dsc_0028-1

Autre facette de son activité, peut-être moins connue, celle de Leibniz bibliothécaire. De cette carrière dont on ne saurait oublier qu’elle fut sa profession principale, on pourra retenir quelques mots : « Une bibliothèque bien garnie est comme un magasin de science et comme une archive imprimée » et l’idée qu’une « Bibliothèque, quelque belle qu’elle soit, ne peut se conserver, si l’on n’a soin de l’augmenter ».

Revenir sur cette carrière et plus largement sur son œuvre était nécessaire au regard de l’influence de ses idées aussi bien de son vivant qu’après sa mort (le 14 novembre 1716), en Europe et dans le monde, sans oublier la portée de ses découvertes.

dsc_0006-1

Une bibliographie nullement exhaustive vous permettra de découvrir ou redécouvrir ses recherches !

Festival Lettres du Monde : Libres ! – 17 au 27 novembre 2016

lettres-du-monde-2016Découvrez sur le site de Lettres du Monde la liste des auteurs invités et la programmation des rencontres littéraires en différents lieux d’Aquitaine.

À l’Université Bordeaux Montaigne des rencontres sont notamment prévues avec Jake Adelstein, Sandro Bonvissuto, Kamel Daoud, Claudine Desmarteau, Hubert Haddad et Ron Rash.

Au 3ème étage de la bibliothèque de Lettres et Sciences Humaines vous trouverez une sélection d’ouvrages d’auteurs invités de ce festival comme notamment Nathacha Appanah, Horacio Castellanos Moya, Tom Cooper, Négar Djavadi, Anna Enquist, Christian Garcin, Alberto Salcedo Ramos, ainsi que de Jack London, à qui il sera rendu hommage.

De belles rencontres en perspective !

Enregistrer

Enregistrer

Death of a lady’s man

Le poète et musicien canadien Leonard Cohen est décédé hier à l’âge de 82 ans. « We have lost one of music’s most revered and prolific visionaries » écrit son agent dans la publication annonçant son décès sur la page Facebook de l’artiste.

Mais derrière lui, Leonard Cohen a laissé une œuvre immense, intemporelle, qui fait que tant qu’il y aura des gens pour lire ses poèmes et écouter ses chansons, Cohen ne mourra jamais vraiment.

A la bibliothèque Henri Guillemin vous pouvez emprunter ses recueils de poésie, dont Death of a lady’s man (qui reprend subtilement le titre de l’album Death of a Ladies’ Man paru en 1977, changeant l’homme à femmes en l’homme d’une femme) ainsi que ses deux romans The Favourite Game et Beautiful Losers.

cohenblog

image réalisée par l’auteur

Festival international du film d’histoire à Pessac : Culture et Liberté

Pour Jean-Noël Jeanneney « la contrainte féconde et la liberté mortifère ». Les limites imposées, celles politiques, sociales ou même intellectuelles, sont autant de frontières à franchir pour l’esprit libre. De l’entrave naît la création qui finalement devient une nouvelle forme de culture, une culture innovante.

Cette idée est abordée via de nombreux exemples à l’occasion du 27ème Festival international du film d’histoire à PESSAC. La manifestation, qui a lieu du 14 au 21 novembre, propose une série de projections, mais aussi de rencontres sur cette thématique.

affiche-festival-pessac

Intitulé cette année « Culture et liberté », ce rendez-vous est l’occasion de redécouvrir l’inventivité qui perdure dans ses diverses expressions artistiques même dans un contexte contraignant.

Une bibliographie vous permettra de mieux appréhender les enjeux. La bibliothèque histoire/histoire de l’art (Élie Vinet) vous propose en parallèle une exposition où tous les livres sont empruntables.

Bonne lecture !