Festival international du film d’histoire à Pessac : Culture et Liberté

Pour Jean-Noël Jeanneney « la contrainte féconde et la liberté mortifère ». Les limites imposées, celles politiques, sociales ou même intellectuelles, sont autant de frontières à franchir pour l’esprit libre. De l’entrave naît la création qui finalement devient une nouvelle forme de culture, une culture innovante.

Cette idée est abordée via de nombreux exemples à l’occasion du 27ème Festival international du film d’histoire à PESSAC. La manifestation, qui a lieu du 14 au 21 novembre, propose une série de projections, mais aussi de rencontres sur cette thématique.

affiche-festival-pessac

Intitulé cette année « Culture et liberté », ce rendez-vous est l’occasion de redécouvrir l’inventivité qui perdure dans ses diverses expressions artistiques même dans un contexte contraignant.

Une bibliographie vous permettra de mieux appréhender les enjeux. La bibliothèque histoire/histoire de l’art (Élie Vinet) vous propose en parallèle une exposition où tous les livres sont empruntables.

Bonne lecture !

Festival du film d’histoire de Pessac : à l’heure du Proche-Orient

 

L’Orient est un territoire propice au fantasme. L’imaginaire qui transparaît à travers les films (Lawrence d’Arabie de David Lean) et la littérature (Les Mille et Une Nuits) est fécond. Pourtant cette dimension irréelle contraste fortement avec la dure réalité d’aujourd’hui : celle d’une zone de conflits et de tensions.

Cette opposition est l’un des sujets abordés à l’occasion du 26ème Festival international du film d’histoire à PESSAC. La manifestation, qui a lieu du 31 mars au 3 avril, propose une série de projections, mais aussi des débats sur des thématiques actuelles propres à cette partie du monde.

Affiche un si Proche Orient

Intitulé cette année « Un si Proche-Orient », ce rendez-vous est l’occasion de redécouvrir la monumentale richesse historique d’une région, la création artistique présente (notamment cinématographique), mais aussi de discuter des perspectives futures.

Une bibliographie vous permettra de mieux appréhender les enjeux dans un contexte social complexe. La bibliothèque histoire/histoire de l’art (Élie Vinet) vous propose en parallèle une exposition où tous les livres sont empruntables.

Bonne lecture !

Une rencontre à venir : les Rendez-vous de l’histoire à Blois

Les Rendez-vous de l’Histoire est une manifestation culturelle qui se veut un lieu d’échanges entre historiens. C’est aussi un rassemblement populaire proposant un salon du livre, des débats avec des intervenants ou bien encore un cycle cinéma.

A l’occasion de cette 18ème édition (du 8 au 11 octobre 2015 à Blois), la bibliothèque Elie Vinet vous propose une sélection d’ouvrages en rapport avec la thématique abordée cette année: les empires. Vous découvrirez ainsi une partie de ceux qui ont jalonné l’Histoire.

Rendez-vous de l'histoire

De l’Imperium romanum à l’Empire napoléonien, approfondissez vos connaissances grâce à une bibliographie et une exposition à la bibliothèque histoire/histoire de l’art où tous les livres sont empruntables.

Bonne lecture!

Hommage à Jacques Le Goff

Faut-il vraiment découper l'histoire en tranches ?

Le monde des historiens et de la culture retiendra surement les ouvrages de Jacques Le Goff. Il est né le 1er janvier 1924, à Toulon. Dans sa jeunesse, il se révéla « antimilitariste » et « résolument du côté du Front Populaire ». Il enseigna d’abord à Paris, puis à Lille avant d’entrer au CNRS et de devenir, à partir de 1972, directeur de le VIe section de l’École Pratique des Hautes Études. Il étudia presque tout du Moyen-Âge, des rêves à la représentation des corps. Certains de ses ouvrages eurent un fabuleux succès, à l’image de La Naissance du purgatoire de 1981 ou de Saint Louis, paru en 1996.

Jacques Le Goff s’est éteint le 1er avril 2014, à Paris.

Les bibliothèques de Lettres et d’Histoire-Histoire de l’Art, Elie Vinet, vous proposent de découvrir ou redécouvrir les travaux de Jacques Le Goff à travers une sélection dans Babord+. Certains de ces ouvrages sont exposés à la bibliothèque Élie Vinet.

Auteur de l’article : Marion Anras

Le centenaire de la Grande Guerre dans les bibliothèques de l’Université

Illustration © Casterman, Tardi

« Je refuse la guerre et tout ce qu’il y a dedans. Je ne la déplore pas moi… Je ne me résigne pas moi…Je la refuse tout net avec tous les hommes qu’elle contient, je ne veux rien avoir à faire avec eux, avec elle. Seraient-ils 995 même et moi tout seul, c’est eux qui ont tort et c’est moi qui ai raison car je suis le seul à savoir ce que je veux : je ne veux plus mourir »

Louis-Ferdinand Céline, Voyage au bout de la nuit.

A l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, les bibliothèques de Lettres, d’Histoire-Histoire de l’Art  et d’Études germaniques  mettent en avant leurs collections sur le sujet. Vous pouvez dès à présent consulter et emprunter ces documents.

À la BU Lettres :

A la BU Histoire-Histoire de l’art :

À la BU d’Allemand :

Pour aller plus loin :

Illustration © Casterman, Tardi

Marion Anras

Games of thrones IRL*, essai de relecture historique du Trône de fer

Siège VIIe ou VIIIe siècle (?) ; dossier et accoudoirs 2e moitié du IXe siècle
Bronze en partie doré ;
Insigne de la royauté provenant du Trésor de Saint-Denis
BnF, Monnaies, Médailles et Antique, Inv. 55-651

Le cycle du Trône de fer (Games of Thrones en anglais) de l’auteur américain George R. R. Martin s’inscrit dans la longue lignée de la littérature du merveilleux plus connue sous son appellation anglaise de « fantasy » particulièrement ancrée dans un univers d’inspiration médiévale.

Le propre de la fiction est bien souvent de proposer une lecture différente de la réalité. Il reste cependant possible de retrouver quelques caractéristiques du récit du Trône de fer dans l’évocation que nous délivre les historiens du haut Moyen-âge et de la période féodale du 6eme au 12eme siècle. Géopolitique des serments, royauté symbolique, expansion religieuse ou émergence du chevalier sont autant de thèmes issus de cette période souvent méconnue.

Loin d’épuiser le sujet, voici quelques suggestions de lecture disponibles à l’université autour de l’exemple français et scandinave :

Un petit jeu pour finir:

L’œuvre de George R. R. Martin présente au moins une qualité indéniable pour tout médiéviste qui se respecte. l’évocation des différents blasons des seigneurs des 7 royaumes suit en général les quelques règles qui structurent l’héraldique européenne.

Saurez-vous identifier l’origine historique des blasons ci dessous qui auraient pu inspirer le Trône de fer ?

Stark

Stark

Barathéon

Barathéon

Lannister

Lannister


* IRL:  « In real life » traduisez « rencontre réelle » ou « rencontre IRL » d’après le Grand dictionnaire terminologique

Des idées de voyage pour les vacances

Deuxième volet de notre série sur les outils scientifiques gratuits sur le web, voici Orbis, une application de modélisation spatiale du monde romain antique. Sur le principe d’un système d’information géographique, le service des humanités numériques des bibliothèques de l’Université de Stanford vous propose de calculer  les meilleurs itinéraires pour rallier les principales cités du monde antique par voie terrestre, fluviale ou maritime en fonction de différents moyens de transport.

Ainsi un citoyen romain du IIIème siècle ap. J.-C., résidant à Burdigala devra penser à partir au moins 20 jours à l’avance pour profiter de la douceur de l’Afrique et passer les fêtes du solstice d’hiver au pied des ruines de Carthage.

Le tutoriel vidéo de l’application

Rendez-vous prochainement pour découvrir un nouvel outil scientifique gratuit !